C’est l’histoire d’une fille…

Spécialisée dans l’isolation haut de gamme, Graziella cherche à développer de nouveaux produits.
Elle commande une palette de ouate pour faire un essai. Très vite, elle constate que le produit est trop lourd pour s’appliquer à l’architecture des combles. Voici qu’une palette traîne maintenant au fond de son atelier. Mais une idée peut en cacher une autre… Une palette encombrante ? pas tant que ça…
Graziella n’aime pas le gâchis. Cette palette inerte doit pouvoir s’exprimer. Commence alors une série de tests. Elle met la ouate dans un saladier, la couvre d’eau, la matière gonfle : extase du chercheur, elle trouve ça génial. Sous les plantes, la ouate retient l’eau et les plantes s’en portent bien.

Un florilège de tests

C’est finalement dans une conversation avec un ami qui tient une écurie que se dessine une utilité sanitaire et domestique.
L’ami teste la ouate en litière et ne tarit pas d’éloges sur les qualités absorbantes du produit. Seule réserve, proportionnée aux quantités de matière exigées par l’écurie, le prix.
Avec ce retour d’expérience, Graziella dès lors n’a plus qu’une idée en tête, trouver le bon usage de sa ouate isolante transformée en matière absorbante, exploitable dans un modèle économique viable.
Puis tout devient évident : ce sera une litière pour chat. S’ensuit un ensemble de tests, cette fois avec une cinquantaine d’animaux domestiques, puis sur les odeurs en laboratoire. Les retours positifs s’accumulent. C’est un succès.

Une équipe soudée et motivée

Sans mon équipe, rien n’aurait été possible. Nous avons beaucoup réfléchi et travaillé sur ce concept pour qu’il soit à la fois efficace, efficient, pratique et facile à utiliser.

Nous n’avons omis aucun détail, du poids de ce cube, jusqu’à l’impression judicieuse du code barre sur plusieurs faces afin de faciliter le travail des caissières.

C’est ainsi qu’est née La P’tite Zoé

Nous sommes fiers de présenter tous ensemble le fruit d’un travail et d’une réflexion qui nous ont pris 3 années.

Années pendant lesquelles nous avons beaucoup travaillé mais aussi beaucoup ri